Voyage au Kenya

En terme de safari, Masaï Mara est un nom qui fait rêver. Ce parc naturel est traversé par de nombreuses rivières qui sont d’excellents spots pour observer les animaux sauvages venus s’y rafraîchir. C’est autre chose qui fait toutefois la renommée de ce parc : la possibilité d’y observer la migration des animaux, et notamment des gnous. Conjointement, il est aussi possible d’observer tous les autres animaux qui font la légende de la savane africaine. 


Alors pourquoi j’ai choisi le parc Masaï Mara, plutôt qu’un autre ? J’ai fait ce choix pour un côté très pratique : le Kenya est une destination touristique majeure, et les formalités à remplir sont très classiques : pour quelqu’un qui a en horreur les formalités administratives, c’est un vrai argument. Les ressortissants français doivent faire une demande de visa, et avoir un passeport avec une validité d’au moins six mois à la date d’entrée sur le territoire. Autre avantage : les circuits touristiques y sont très bien organisés avec l’accompagnement de rangers qui vous expliquent toute la vie sauvage. 

La migration des gnous au Masaï Mara

L’observation de la migration des gnous est une activité majeure dès lors qu’on évoque le parc. Pour cela, il faut organiser son séjour pendant la saison sèche, c’est-à-dire pendant les mois de juillet à octobre. Pour ma part, j’étais au Kenya au début du mois de juillet. 

Pour comprendre le phénomène de la migration, rappelons que le parc est traversé du sud au nord par la rivière Mara. Au début de la saison sèche, ce sont alors près de deux millions de gnous qui entament leur migration. La traversée de la rivière est un point obligé pour eux. Ce spectacle est très impressionnant et laisse sans voix : je recommande vivement l’observation de cette migration hors-norme.  

Les activités à faire lors d’une visite au Masaï Mara

Le parc du Masaï Mara ne se limite toutefois pas à l’observation des animaux, c’est aussi une des raisons du succès de cette destination. J’ai par exemple eu la chance de me rendre dans un village Masaï. Ce moment de partage avec les locaux est toujours un moment émouvant, celui de la découverte d’une culture. 

De nombreuses autres activités sont possibles avec le parc en toile de fond : survol en montgolfière, promenade à cheval… Chacun peut trouver son bonheur !

Dormir dans la réserve du Masaï

Côté hébergement, là encore il y en a pour tous les goûts, selon que vous vouliez vivre l’aventure à fond ou avoir un séjour plus reposant. Pour ma part, j’ai opté pour la tente ! Eh oui, sachez que cela est possible. Je fais le brave actuellement, mais sur le moment, l’expérience est quand même assez angoissante. Avec toute cette vie sauvage autour de soi, on ne dort pas toujours si tranquillement. Il existe toutefois des solutions plus confortables pour séjourner au Masaï Mara (et je peux vous dire la vérité : j’ai vite abandonné ma tente pour un lodge). 

Les lodges sont un excellent choix de logement : ils allient confort et séjour au beau milieu des paysages incroyables. Pour ceux qui en douteraient, les lodges ont vraiment tout le confort : salle de bain, salle à manger, chambres ; vous êtes chez vous.

Si vous souhaitez vraiment avoir un confort maximal pendant votre séjour, sachez qu’il est possible de séjourner en hôtel. Seul inconvénient, tous les hôtels se trouvent en dehors du parc (inconvénient qui se justifie totalement : le parc Masaï Mara est une réserve naturelle, pas un parc d’attractions). Je n’ai pas séjourné dans ces hôtels mais ai discuté avec certains touristes qui avaient fait ce choix : rien à redire sur le service qui est de grande qualité selon leurs dires !

Je vous conseille de lire

https://www.musee-provencal.fr/decouverte-kenya.htm

https://visit24.fr/kenya
https://www.routardspirit.fr/notre-voyage-en-famille-au-kenya

https://www.davidsansfrontieres.com/tanzanie-region-sauvage